TOP
accueilpodcast

Filiapolis logopodcast

OGM, faits et biais cognitifs

Nous en parlons avec une inquiétude qui ne semble pas être justifiée par les faits. Pourquoi sommes-nous si réticents à accepter l'innocuité des OGM ? Aujourd'hui nous analysons la technologie elle-même du point de vue santé, et quelques-uns des biais qui conduisent à la rejeter.

Bonjour à tous ici Nicolas. Aujourd'hui nous allons parler de cette technologie que l'on aime tant détester, les OGM. Ils n'ont pas trop la cote c'est le moins qu’on puisse dire. Et pourtant il y a dans ce rejet assez répandu énormément d'émotions et assez peu de science ou de raison. Alors aujourd'hui je vais me contenter de parler de l'aspect santé des OGM, je vais brièvement parler du reste mais le sujet principal c'est la santé.. pourquoi ? Tout simplement parce qu'il illustre de manière étonnamment prononcée notre bêtise collective. Alors ici je ne prends pas position sur la désirabilité de l’utilisation des OGM.. je vais me contenter de peindre l'aspect santé sous un jour moins biaisé, moins irrationnel.

Certains d'entre vous en sont peut-être convaincus, les OGM sont mauvais pour la santé, ou au minimum on devrait faire attention et manger bio en attendant. Mais laissez moi le bénéfice du doute et permettez-moi de présenter une vision un peu différente et je l'espère un peu plus factuelle. Ces erreurs que je vais démontrer nous les commettons tous régulièrement, soit sur les OGM soit sur autre chose, mais personne n'en a malheureusement le monopole. L'essentiel c'est de savoir changer d'avis quand il le faut et de comprendre comment éviter de commettre les mêmes erreurs par la suite.

Déjà rappelons nous de quoi on parle, les OGM ce sont tous ces organismes, plantes ou animaux, même si c'est principalement aux plantes qu’on pense pour l'instant, donc tous les organismes vivants, qui ont étés modifiés génétiquement par l'homme de manière directe. De manière directe c'est à dire que l'homme a consciemment choisi un ou des gènes à enlever ou à ajouter dans le génome de l'organisme. La distinction est importante pourquoi ? Hé bien parce-que ça fait belle lurette que l'homme modifie le génome des organismes de manière indirecte, par la sélection artificielle.

Remontez 10, 12 milles ans en arrière et vous verrez que les bananes sont inbouffables, les avocats ont la peau sur le noyau et quasiment tout ce que vous trouvez chez le maraîcher du coin n'existaient pas où étaient méconnaissables. Du point de vue évolutif c'est pas vieux hein 10000 ans, c'est le début de l'agriculture. Ce n'est qu'après des milliers d'années de domestication que nous avons des plantes et des animaux qui produisent des fruits ridiculement gros et méga sucrés, des muscles à gogo, des quantités de lait gigantesques etc.

Et oui les plantes et les animaux ne produisent pas plus qu'il n'en faut pour survivre et se reproduire.. et certainement pas de quoi nourrir une population toujours grandissante de grands singes de plus en plus sédentaires. Alors nos ancêtres, pas franchement impressionnés par les fruits d'antan, bourrés de pépins, avec la peau épaisse, pas bezef de chaire, et un goût assez passable.. on eu la bonne idée de faire se reproduire en priorité les plantes qui donnaient les fruits et les légumes les moins nazes.. et rebelote pendant quelques millénaires pour arriver aux fruits modernes.. vous savez, ceux estampillés “bio”.

Et bien-sûr pour les animaux c'était la même. On engraisse les veaux des vaches qui donnent le plus de lait, on mange ceux des autres et voilà, après une petite centaine de milliers de générations on a maintenant de belles citernes sur pattes, prêtes à nous inonder de lait au moindre effleurement des pies. Les poules sont des usines à oeufs ou des musclor version aviaire. Et tout ça avant les traitements antibiotiques et compagnie.. rien qu'avec la sélection artificielle de nos ancêtres les Gaulois.. et autres.

Cette sélection c'est évidemment sur les gènes qu'elle s'opère. Mais pas directement puisque nous ne connaissions pas l'existence de ces derniers avant très récemment. Pendant plus de 99% du temps passé par l'homme à faire ses expériences génétiques, il ne savait pas vraiment pourquoi ça marchait. Pire encore, il devait laisser le choix des améliorations au hasard.

Hé oui, la nature ne cherche pas spécialement à nous faire plaisir, et les mutations génétiques qui font que le poussin est plus gros, grandit plus vite ou pond plus que sa mère, peuvent aussi rendre les oeufs dégueulasses ou la chaire trop dure ou rendre l'animal plus susceptible aux maladies ou aux parasites. Et donc il faut de nombreux essais pour avoir des poulets vraiment mieux que les précédents sur la plupart des critères qui nous intéressent. Ce travail de sélection est lent.

Et comme nous n'étions pas franchement en pointe au niveau génétique, ou hygiène, ou médecine.. il était parfaitement possible de choisir un poulet qui soit visiblement plus gros mais invisiblement plus nocif pour la santé.. pour l'une des innombrables raisons dont les gens ignoraient l'existence à l'époque.

Et voilà, ce que vous retrouvez sur les étagères bio est en réalité le résultat de centaines de milliers d'expériences génétiques basées en grosse partie sur le hasard et réalisées par des gens qui pensaient que dieu punissait les épileptiques, qu’il n'y avait rien de tel que pisser le sang pour soigner.. bah à peu près tout.. et que perdre deux gamins sur trois était une question de malchance.

Contrastez ça avec les OGM, qui finalement ont le même objectif, mais l'accomplissent de manière assez différente. D'un on a remplacé les agriculteurs de l'âge de bronze, ou même de pierre, par des gens en blouse blanche spécialisés dans les manipulations génétiques. Je n'ai nul doute qu'ils passent pour des biologistes des cavernes dans 500 ans, mais avouez que c'est quand-même une autre étape qui à été franchise. Aujourd'hui on sait énormément plus de quoi on parle. Les manipulations génétiques sont directes, on change uniquement ce qui nous intéresse, sans chambouler aussi aléatoirement le reste. On teste le résultat scientifiquement avec des études cliniques, des suivis statistiquement significatifs et une exigence santé qui n'existait jusqu'alors quasiment pas.

Lorsqu'on veut un fruit plus gros, on modifie les quelques gènes qui influent sur ce trait, on vérifie qu'ils n'influent sur rien d'autre de manière négative, on fait des essais pour vérifier la théorie de manière isolée (peut-être pas parfaitement mais toujours plus qu'avec la méthode traditionnelle et non réglementée), et on fait des suivis pour s'assurer que le résultat n'est nocif pour personne. A moins de ne jamais rien faire de nouveau, ce qui à aussi son coût, difficile de faire plus exigeant et plus sécurisant. Et le jour et la nuit fasse à la sélection artificielle des campagnes.

Et là on va peut-être me dire, oui mais Nicolas tu oublie que les OGM font quelque-chose que ni la nature, ni la sélection artificielle ne font.. les OGM font des transferts génétiques. Alors non je n'oublie pas ça.. les effrayants hommes en blanc font en effet du transfert de gènes inter-espèces. Ils prennent des gènes qui n'existent pas dans l'espèce cible, ailleurs, dans une autre espèce où ils produisent une caractéristique désirable. Un insecticide naturel produit par une plante et pas l'autre par exemple. On importe donc le gène et voilà l'insecticide est présent dans les deux.

Déjà j'aimerais attirer l'attention sur le fait que rien ici ne démontre un risque santé, à priori. Si l'insecticide en question n'est pas nocif pour l'homme, qu'il soit ingéré avec organisme A ou avec organisme B ne pose pas nécessairement problème. Il suffit de vérifier que la combinaison des produits chimiques dans la nouvelle plante n'est pas nocive, ce qui est fait tant que possible évidemment, et voilà. La biologie c'est fondamentalement de la chimie. Ce qui arrive naturellement n'est pas magiquement mieux, moins nocif, que ce qui arrive artificiellement. La composition moléculaire de la plante sera aussi nocive, aussi nutritive, aussi ce que vous voulez, qu'elle soit apparu par accident du hasard ou par dessein de l'homme. Le gène serait peut-être un jour apparu tout seul dans la deuxième plante aussi.. peut-être pas.. l'important pour la santé ce n'est pas comment il est arrivé là mais ce qu'il fait.

D'ailleurs les transferts génétiques sont en réalités fréquents dans la nature. Pas besoin de l'homme pour ça. Certains organismes en font constamment et d'autres assez rarement mais même nous, les humains, avons des cellules qui font du transfert génétique de manière naturelle. Les virus par exemple ont transféré à l'homme, et à de nombreuses espèces, des gènes qui n'existaient pas dans le génome de l'hôte au préalable. Encore plus fort, la mitochondrie, la partie de la cellule qui gère principalement la production d'énergie, à son propre code génétique qui provient uniquement, chez nous, de la mère.. et cette mitochondrie à l'origine était un organisme complètement indépendant de nos cellules.. qui y à été intégré, et qui en fait maintenant partie.. intégrante justement. Vous parlez d'un transfert génétique. Et lui, comme les autres, il est parfaitement naturel.

La différence au fond entre la nature, puis la sélection artificielle, puis maintenant les OGM, et demain les organismes 100% artificiels.. c'est la précision et l'objectif. La nature produit de manière hasardeuse des organismes qui essaient tant bien que mal de survivre et de se reproduire. La sélection artificielle produit de manière un peu moins lente mais extrêmement imprécise des organismes dans le but de servir l'homme un peu mieux. La technique des OGM produit rapidement et de manière précise des organismes servant l'homme efficacement. Je vous laisse imaginer ce que vont accomplir dans les années qui viennent les organismes artificiels.

Mais bien sûr on à peur quand-même. Est-ce vraiment sans danger pour la santé ? N'oubliez pas ici je ne parle pas des autres controverses sur les OGM, que sur l'aspect santé. Et là la conclusion est sans appel. Les OGM sont selon toute vraisemblance sans danger. Il y a littéralement des milliers d'études financées et réalisées par des centaines de groupes de tous les pays où presque, et hormis une poignée d'études qui en plus ont étés très critiqués et souvent retirés volontairement, le consensus scientifique est là. Les OGM sont sans danger pour la santé humaine. Bonne chance pour ignorer ce consensus.. surtout si vous faites confiance à d'autres consensus scientifiques qui vous plaisent plus. Il y a un moment où il faut admettre que l'avalanche de preuves constitue au minimum une forte présomption en faveur des OGM. On est très loin du 50 50 et le doute n'est plus légitimement permis.

Le consensus scientifique est-il garant de vérité ? Non. Le consensus se révèle faux de temps en temps. Mais sans raison d'en douter il est déraisonnable de le rejeter lui plus que les autres. Ou alors il faut rejeter de la même manière les autres consensus scientifiques similaires. Il ne faut pas s'arrêter aux OGM mais il faut douter aussi par exemple de la théorie des germes. Il faut le juger sur ses mérites, et là franchement y'a pas photo, on peut douter de beaucoup de choses mais sur l'innocuité des OGM il faut franchement être difficile.. ou pas informé.. mais ça on y viendra après une petite parenthèse.

Alors ma parenthèse la voici : les OGM, jusqu'à présent j'en ai parlé de manière un peu abusive. J'ai fait comme ci c'était une chose comme ça qu'on peut juger, analyser, unitairement. En réalité non, ce sont les OGM, pas l’OGM. Chaque organisme est différent et peut être modifié de milles façons. Tous les OGM ne sont pas forcément sans dangers. Vous pouvez modifier un organisme pour permettre à ses fruits de contenir de l'arsenic à foison. Pas une très bonne idée mais pourquoi pas. Il faut considérer le danger posé par chaque OGM individuellement évidemment. Mais le fait est que la technique de production des OGM, qui d'ailleurs s'améliore rapidement chaque décennie, permet de s'assurer plus facilement de l'absence de danger. Elle est plus précise et plus facilement testable.

D'ailleurs les OGM sont potentiellement moins dangereux que les organismes bio, ceux qui sont issus de la sélection artificielle. On peut par exemple enlever son poison au fugu ou aux digitales, on peut enlever ou modifier le gluten ou d'autres allergènes, et j'en passe et des meilleurs. Attention encore une fois je parle des OGM en théorie et pas en pratique. Certains agriculteurs peuvent par exemple utiliser autant de pesticides sur une culture OGM qui n'en a pas besoin que sur une culture normale.. les abus et la bêtise ça existe.. mais pas plus avec les OGM qu'avec le reste. Le potentiel en revanche est bien là et nous parlons uniquement de l'impact sur la santé.. qui selon toutes indications est soit nul soit positif. En l'absence quasi-total de toutes indications négatives depuis plus de 20 ans, il serait temps d'être un peu moins hostiles.

Alors pourquoi tant de haine ? Malgré le poids écrasant des indications d'innocuité, on invoque le principe d'inaction, heu non pardon, le principe de précaution.. on freine des quatre fers et presque tous nous prenons pour acquis que les OGM sont dangereux pour la santé, vive le bio. C'est dommage mais en réalité les OGM cumulent les raisons de se faire haïr.

Premièrement, et peut-être crucialement pour beaucoup (pas pour tout le monde bien-sûr), ils représentent le business, les intérêts des actionnaires de l'industrie agroalimentaire. Les discussions sur les OGM invoquent dans notre esprit ces chambres d'hôtel 5 étoiles remplies de la fumée des cigares des patrons qui comptent leurs sous.. bien content d'avoir entubé les petits agriculteurs qui suent toute la journée et travaillent sans relâche pour payer les semences dont ces messieurs de Monsanto et compagnie ont le monopole.

J'ai dit que je parlais santé aujourd'hui donc je ne vais pas m'étendre là-dessus, ni sur les autres problèmes connexes. Vrai ou pas peu importe ce n'est pas la question ici, l'important c'est que ce soit l'image des OGM pour beaucoup. Non je vais simplement remarquer que nous avons là une forte impulsion à associer les OGM, la technologie elle-même, avec ces tyrants du capitalisme. Ce qui explique sûrement que les gens de gauche semblent mépriser les OGM un peu plus encore que les gens de droite, même si ça reste assez répandu des deux côtés. Et donc ici nous avons une sorte de report de dégoût, depuis ceux qui contrôlent la technologie, enfin à nos yeux, sur la technologie elle-même.

Et nous les fermons justement les yeux, sur ce qui pourrait nous contredire dans cette haine aveugle.. car on a l'impression que cette contradiction serait un pas vers la légitimation d'une industrie qui nous fait vomir. Enfin qui fait vomir ceux qui croient en cette association et qui la déplorent. Et donc pour eux, il suffit de lire un article sensationnaliste sur une étude qui suggère la nocivité potentielle des OGM pour en être convaincu à jamais. Notre biais cognitif, le biais de confirmation, fera maintenant le reste et peu importe que l'étude soit discrédité, peu importe les centaines d'autres études indépendantes de qualité, peu importe le consensus scientifique, peu importe le manque flagrant d'association entre maladie et OGM, peu importe tout ça.. ils ne le voient pas. Ce biais cognitif est puissant et nous en sommes tous victimes. Pas facile de se remettre soi même en question sans arrêt lorsque ce qu'on lit, lorsque ce qu'on voit, nous caresse dans le sens du poil.

Les OGM peuvent être sans danger pour la santé et les industriels de l'agroalimentaire des salauds finis. L’un n'empêche pas l'autre. Mais non, pour ceux qui vomissent sur ce capitalisme qu'ils estiment néfaste.. difficile de ne pas associer les deux et de ne pas les voir aussi coupables l’un que l'autre. A noter que ce biais marche dans les deux sens. OGM inoffensifs ne veut pas dire industriels angéliques. La technologie est découplée de son utilisation, mais c'est difficile de le voir ainsi.

S'il ne s'agissait que de ça les OGM auraient probablement une chance d'être vu objectivement, mais malheureusement ce n'est pas la fin de ce qui les afflige. Ceux d'entre nous qui n'ont pas d'opinion sur le côté business des OGM, et les autres aussi d'ailleurs, ont tout de même très souvent un biais naturaliste. On aime la nature. Mère nature est belle, elle prend soin de nous, tout est à sa place, sauf nous bien-sûr, elle est fragile et il serait de bon ton de la laisser suivre son cours. Le jardin d'Éden n'a pas de machines, pas de labos, les pommes ne sont pas génétiquement modifiées.. ou alors elles l'on été par le serpent. Je ne vais pas passer trois plombes à décrire l'horreur de la nature, qui ne nous veut pas franchement que du bien (vous pouvez écouter l'épisode #6 sur le vieillissement et l'épisode #13 sur la nature).. mais cette association instinctive de la nature à une espèce de force, soit divine soit juste bienveillante, n'aide pas les OGM.

L'ADN c'est un peu l'outil phare de la nature et son dernier bastion où les humains n'étaient jusqu'à présent pas en passe de devenir les maîtres. Et donc pour celui qui adore, qui vénère la nature.. voir ce bastion tomber met mal à l'aise, énerve un peu.. voir beaucoup. Et pour les autres, on est juste un peu méfiants, voir même très sceptiques. La position par défaut pour nombre d'entre nous c'est de rejeter ce qui n'est pas naturel et il faut du temps pour oublier nos réticences, pour accepter le feu, de vivre dans des maisons, de cultiver des champs, de faire des villes, de prendre l'avion, d'utiliser des antibiotiques, d'aller sur Internet, de manger des OGM.. et un jour sûrement de modifier la biologie humaine.

Car loin d'avoir pesé objectivement le pour et le contre pour voir si oui ou non les OGM sont effectivement nocifs, c'est surtout la peur du changement.. un changement qui rend le monde encore moins naturel. Et pour ceux qui voient instinctivement en la nature une sorte de Gaïa, de mère nourricière.. difficile de s'imaginer autre chose qu'un serpent qui nous tend une pomme menant à notre perte. Les OGM, sans danger ou non, ce n'est pas la question. Ils sont facilement perçus comme probablement dangereux car ils usurpent le rôle de la nature. Il n'y à là pas de lien de cause à effet sinon la peur ou le dégoût qui entraînent ce rejet instinctif, qui nous fait oublier notre sens critique et nous rend aveugles aux preuves qui vont contraire à la conclusion que nous avons choisi lorsque nous avons entendu parlé pour la première fois de cette technique estimée contre-nature.



Et ce n'est pas là la fin des emmerdes pour ces pauvres OGM. Il reste au moins deux autres tendances très humaines qui conspirent elles aussi à leur faire du tort : notre fainéantise et notre fierté.

A noter ici que la fainéantise peut être rationnelle et j'en parlerais dans un futur épisode.. à ce rythme là il va falloir des années pour arriver à tout traiter.. donc la fainéantise, très naturelle et qui nous touche tous. On préfère, à résultat égal, travailler moins. L'idéal tant qu'à faire c'est pas “travailler plus pour gagner plus” mais bien “travailler moins pour gagner plus”. Et quand on à déjà décidé que les OGM étaient soit trop industriels soit pas assez naturels, soit les deux.. passer des heures, des jours, à éplucher les revues scientifiques pour savoir si oui ou non ils sont nocifs pour la santé, à quoi bon. Autant s'arrêter au premier article ou au premier éditorial qui soulève des doutes quand à leur innocuité. Se renseigner plus avant c'est plus de travail pour risquer d'être déçu en apprenant qu'ils sont inoffensifs. La motivation en prend un coup, et donc très peu de gens essayent vraiment de comprendre la question complexe des effets sur la santé des OGM. On à pas le temps alors un résumé écrit par un journaliste qui lui aussi était tout aussi biaisé contre l'industrie et pour la nature, ça nous suffit.

Souvent on émet notre opinion sans même avoir rien lu, sans avoir réfléchi plus de quelques secondes. Et oui la deuxième tendance c'est la fierté.. d'avoir une opinion sur tout et de ne pas en changer publiquement. Lorsqu'on parle OGM, ou autre chose, difficile de dire “je ne sais pas, je vais me renseigner et on reprendra la conversation la semaine prochaine”. Non en général, instinctivement, on laisse nos biais, ceux mentionnés juste avant entre autre, former une opinion vite fait bien fait et on laisse tout ça sortir au grand jour. Nous devenons en une fraction de seconde des experts aux idées bien arrêtés. Hé oui une fois nos opinions déballées il est difficile d'en changer.. surtout devant les autres. Il en faut beaucoup pour convaincre celui qui à dit que les OGM étaient nocifs, de changer d'avis. Il aurait l'impression de perdre une sorte de bataille d'idées. Il serait blessé dans sa fierté. Pas le cas de tout le monde et pas toujours dans les mêmes proportions mais extrêmement commun tout de même. Changer d'avis en fonction de nouvelles informations c'est logique, c'est d'ailleurs une marque d'intelligence.. surtout si cela permet de faire moins d'erreurs par la suite. Mais on ne le voit pas souvent comme ça. Et donc nous qui avons ce biais instinctif contre les OGM, qui ne sommes pas trop enclins à chercher plus que ça, et qui avons trop de fierté pour ne pas avoir d'opinion ou la changer plus tard.. nous pensons, malgré la montagne de preuves, que les OGM sont probablement dangereux. Apparemment c'est une chaîne de montagne de preuves qu'il faudrait pour nous faire entendre raison.

Ou pas nécessairement. Peut-être faut-il seulement reconnaître que cette situation n'est pas exceptionnelle, que personne ne devrait en culpabiliser, qu'au final nous tombons tous dans ces pièges. Peut-être pas aujourd'hui sur les OGM mais demain sur autre chose. Et que donc il est important de s'entraider pour repérer et combattre nos biais cognitifs qui nous poussent à l'erreur, et aussi d'être patients et humbles les uns avec les autres.. pour s'apercevoir qu'il ne s'agit pas vraiment d'une bataille d'idées mais d'une découverte collaborative de la vérité, où changer d'avis est une victoire pour soi-même. La philosophie, du moins la philosophie pratique, est là pour ça.. pour nous aider à mieux raisonner et à mieux réagir faces aux idées.

Épicure disait : “dans la recherche commune des arguments, celui qui est vaincu a gagné davantage, à proportion de ce qu'il vient d'apprendre”. Je pourrais difficilement mieux dire et nous allons donc nous quitter là-dessus.

Merci d'avoir écouté cet épisode qui j'espère vous a plu, et surtout n'hésitez pas à me donner un coup de main en le partageant. @ très bientôt et n'oubliez pas d'être sceptiques de vos conclusions favorites.

soyez généreux, partagez

iTunesFacebookYoutube



Accueil
Podcast


Parlons-en
Contribuez

Merci d'attribuer la source à filiapolis.org si vous copiez une partie de ce site.