TOP
accueilpodcast

Filiapolis logopodcast

Pas de panique, demain n'est pas ton dernier jour

Dans la bouche des célébrités, les maximes et conseils en tous genres qui prônent tout et son contraire ne manquent pas. Pourtant souvent il n'y à pas grand chose derrière.

Salut à tous qui je l'espère serez encore là demain, ici Nicolas. Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase toute faite du genre “il faut vivre comme s'il n'y avait pas de lendemain” ou encore “vivre chaque jour comme si c'était le dernier”. Ou l'une des innombrables variantes associées à d'innombrables personnes célèbres.

Un des derniers exemples en date est venu de feu Steve Jobs, qui avait sorti ça à la promotion de Stanford (je crois). Soit disant qu'il vivait chaque jour ainsi, ce qui est un bon gros mensonge comme on va le voir dans un instant. Il faut quand même souligner que Steve Jobs à prouvé bien malgré lui que son jugement n'était pas toujours très fiable. C'est triste mais refuser de se faire opérer d'une petite tumeur du pancréas pour essayer des remèdes de bonnes femmes, et passer finalement sous le bistouri avec un gros machin devenu inopérable, ça relève quand même pas du géni. Bon reste en paix Steve, on fait tous des conneries, c'est juste dommage que celle-là t'ai coûté la vie. S'il faut retenir une leçon ici c'est plus celle-là que le speech de Stanford.

D'ailleurs pour la plupart d'entre nous, hormis peut-être les psychopathes, si lendemain il n'y à pas, boulot il n'y a plus. Hé oui, métro boulot dodo non.. c'est plutôt aventure familiale délirante, champagne à gogo, et sans oublier un rapide passage par la case notaire. Bon ce dernier jour peut prendre une forme un peu différente chez les uns et les autres mais personne, pas même Steve Jobs, ne se leverais en ne faisant, comme il l'avait dit lui-même, que ce qu'il ferait tous les autres jours de sa vie. Oui puisque soit disant chaque jour était traité pour lui comme le dernier.

Ça sent bien l'arnaque son truc. Imaginez ce que vous feriez si vous apreniez que demain c'est fini on remballe tout. Maintenant imaginez vous faire ça, ou un truc équivalent, tous les jours. Et non c'est pas possible, c'est même très con.

Alors vivre comme s'il n'y avait pas de lendemain c'est super, ça sonne bien, ça a même l'air plutôt profond comme truc. Sauf que quand on y réfléchi c'est quand même plus proche de la philo de comptoir qu'autre chose. Même en étant généreux sur l'interprétation c'est pas ouf.

Alors généreux soyons le. On peut se dire que bien sûr c'est pas littéral, que l'idée c'est vaguement de vivre à fond chaque jour pour ne pas le regretter. Heu ok mais du coup si c'est pas littéral et qu'on ne va pas vraiment mourir demain dans ce cas c'est quoi le risque de regret exactement ? C'est quand même important parce-que le calcul se fait sur la durée, pas sur l'instant.

Si le calcul du regret se fait sur l'instant alors pour ne pas regretter je vais piquer dans la caisse, picoler comme un fou au volant, sauter de la falaise sans parachute pour le rush. On s'en fout puisque c'est l'instant qui compte visiblement. Le future n'importe pas. Je pense que personne n'est vraiment convaincu, enfin j'espère. Il est évident que l'instant n'est pas tout.

Le regrès c'est pas juste sur l'instant mais sur la totalité de la vie. Est-ce que je regrette d'avoir été à l'école non. Pourtant c'était chiant. Mais c'est ce qui a permis d'avoir des potes qui sont toujours là aujourd'hui et accessoirement d'avoir trouvé du boulot et toutes ces jolies choses que l'argent permettent d'acheter. Nottament le fait de vivre dans une maison et de pouvoir écouter des podcasts sur un téléphone que j'ai pas eu à construire moi-même. Je vous dis pas le téléphone de malade qu'aller à l'école m'a permis d'éviter.

Et d'ailleurs même à l'époque je ne le regrettais pas puisque même si ça ne me faisait pas franchement plaisir je me projettais dans l'avenir. Ou sinon j'aurais dû. On peut pas me le reprocher les gamins c'est pas forcément des flèches. C'est normal.. il faut le temps de murir, d'apprendre à planifier.. sur le long terme.. justement. On pourrait même dire.. apprendre à ne pas vivre uniquement dans le présent.

Donc nan, question regret l'instant ne fait pas tout. Alors on va me dire, “oui ok mais l'idée de la phrase c'est pas de ne pas se préoccuper du lendemain c'est d'essayer de maximiser son potentiel aujourd'hui aussi”. D'accord, pourquoi pas. Mais avouez que c'est fort quand-même de dire explicitement un truc qu'on est implicitement sensé ne pas prendre en compte. C'est comme si je disais “j'adore la glace à la vanille” mais bon le parfum c'est pas vraiment important. Ok donc le truc c'est la glace.. donc dans notre affaire, le truc c'est maximiser aujourd'hui.

Et en fait finalement non parce qu'on va me dire “nan mais pas nécessairement aujourd'hui seulement.. l'idée c'est quand-même de maximiser pour que chaque jour de sa vie soit le plus optimisé possible, en prenant en compte tous les autres”. Ah ok. Là j'accepte, c'est logique.

Mais je suis quand-même généreux parcequ’il faut pas s'économiser question gymnastique intellectuelle pour passer de “vivre comme s'il n'y avait pas de lendemain” à “vivre pleinement pour maximiser son potentiel tout au long de sa vie”. Ah c'est plus long, ça a pas le même cachet c'est sûr. M'enfin si il faut faire tout ce boulot de déchiffrement à chaque fois qu'on entend une phrase du genre on à plus finit.

Et d'ailleurs même dit comme ça question profondeur ça va pas chercher bien loin non-plus. Maximiser le potentiel tout au long d'une vie c'est un peu ce que 7 ou 8 milliards d'êtres humains essaient déjà tant bien que mal de faire tous les jours. Question révélation j'ai vu mieux. On aurait aussi vite fait de dire “surtout changez rien, c'est super”.

Sauf que bien-sûr là où il y a un réel besoin, là où on pédale tous un peu dans la semoule c'est sur le comment. Optimiser, maximiser, améliorer, peser le pour et le contre, avoir une vision précise sur le long terme on fait ça comment ? Ah oui là pour le coup on peut toujours chercher mais les réponses sont pas dans la maxime toute faite d'une dizaine de mots à tout casser.

Picoler aujourd'hui et avoir mal au crâne demain ça vaut le coup ? Mentir à un ami aujourd'hui pour se faire peut-être gauler un jour ça vaut le coup ? Quitter un boulot un peu chiant mais qui paye pour vivre la vie de bohème ça vaut le coup ? Peut-être peut-être pas.. mais “vivre comme si demain était ton dernier jour” ça n'apporte strictement rien au chmilblique. On est bien avancé. Encore si demain était le dernier jour ok.. mais au bout d'un moment il faut quand-même se réveiller et se dire : “tiens et si je pensais un peu à demain pour voir.. parce-que jusqu'à présent il est toujours venu, et le réveil a toujours été dur”.

Parce-que mine de rien, vivre à tout berzingue tous les jours c'est pas éviter les regrets, c'est la recette du regret. Et la recette du bonheur elle varie pour chacun, elle tient pas en une phrase, et elle vient pas après deux secondes de réflexion. C'est pas une maxime. C'est des centaines de maximes avec des règles pour les juger, les prioriser en fonction des circonstances et de son propre caractère, dans un système cohérent, une philosophie de vie qui se dessine au fil du temps, de l'expérience.. qui prend forme après s'être bien ramassé la tronche suffisamment de fois.. pour en arriver à savoir quoi faire à peu prêt intuitivement dans la plupart des situations et être confiant d'avoir pris la bonne décision sur le long terme.

C'est ça la sagesse.. c'est pas vivre sans lendemains.

Merci à tous de m'avoir gentiment écouté râler. Une fois n'est pas coutume, mais si vous aimez ce style un peu différent des épisodes plus classiques n'hésitez pas à me le faire savoir à [email protected] (info sans s).. ou dans les commentaires YouTube. Je vous dis à bientôt et ne faites pas trop les fous, demain arrive.. c'est presque sûr.

soyez généreux, partagez

iTunesFacebookYoutube



Accueil
Podcast


Parlons-en
Contribuez

Merci d'attribuer la source à filiapolis.org si vous copiez une partie de ce site.